Vendredi 18 Janvier 2019
   
Text Size

Moteur de recherche



Historique

marais

Nés d'effondrements miniers au cours de la première moitié  du XXème  siècle, les marais d'Harchies, de Hensies et de Pommeroeul ont rapidement attiré l'attention des naturalistes.

Dans les années 50,  les RNOB parvinrent à obtenir un bail de location site pour lui accorder un premier statut de protection. Statut bien précaire qui n'empêche pas la mise en assec du marais d'Harchies au profit de l'agriculture à la fin des années 60.

La véritable protection du site commence au début des années 70 lorsque le Ministère de l'Education Nationale rachète le marais d'Harchies et en cède la gestion à l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, qui décide d'y implanter un centre de recherches biologiques. Peu après, le Ministère des Travaux Publics lègue la gestion du Marais de Pommeroeul voisin au centre existant.

Et lorsque en 1985, les RNOB ont l'opportunité de racheter le "Marais d'Hensies", il est clair pour tous que les trois marais d'Harchies, de Hensies et de Pommeroeul ne peuvent être compris et conçus que comme une seule entité.  En 1986, une convention est signée entre l'Institut et les RNOB pour une mise en commun des savoirs et des pouvoirs en vue d'une protection efficace de l'ensemble du site.

Entre-temps, l'importance biologique du site, aussi bien pour sa faune que sa flore, ne cesse de se confirmer, ce qui lui vaut de devenir "zone noyau de la Zone de Protection Spéciale de la Vallée de la Haine" et le premier (actuellement encore le seul) espace wallon reconnu "zone Ramsar".

Quelques années plus tard intervient la régionalisation, qui transfère les terrains "publics" (Harchies + Pommeroeul) du site à la Région Wallonne. Les négociations entre la Région Wallonne et les RNOB aboutissent en mai 1994 à la signature des deux documents qui régissent aujourd'hui toute action sur le site. Par le premier, le Ministre LUTGEN désigne les Marais d'HHP comme Zone Humide d'Intérêt Biologique et institue son Comité de Gestion. Le second document  est  la convention qui régit les pouvoirs et les obligations des deux partenaires que sont la Région Wallonne et les RNOB.

La vallée de la Haine avec son passé de bassin, le début du Hainaut Occidental … on imagine mal qu’une zone humide d’importance mondiale se trouve là, à la frontière française.

Les marécages ne datent pas d’hier. A l’ère secondaire, celle des iguanodons, la région était une immense zone humide.

Au 18 ème siècle, on constate que la partie basse de la vallée de la Haine était couverte de prairies humides, et même dans certains cas, marécageuses, mais il n’y avait pas de plan d’eau.

Il a fallu attendre 1925-1930 pour que les effondrements miniers, liés à l’exploitation intensive du charbon dans tout le bassin de la Haine, provoquait l’apparition de cuvettes en surface. La nappe aquifère a envahi ces dépressions, parsemant la vallée d’étangs et de marais. Aujourd’hui, seuls restent les étangs et marais de Douvrain (40ha), des Marionviles (50ha), d’Hautrage (80ha) et d’Harchies-Hensies-Pommeroeul (550ha).

Bien que d’origine récente (environ 60 ans) et après une histoire très mouvementée, les marais d’Harchies-Hensies-Pommeroeul sont d’une richesse biologique exceptionnelle.

Cette richesse est liée à la grande superficie du site, à la présence de nombreux milieux différents et donc à une grande diversité de plantes et d’animaux.



La richesse biologique.

En ce qui concerne les milieux, rappelons que les 550 hectares du site, comprennent des étangs (125ha), des marécages (95 ha), des bois (50ha), des remblais de schiste (90ha) ainsi que des prairies extensives et quelques champs cultivés (190ha).

L’eau libre (les étangs) et les ceintures de végétation palustre (les marécages) constituent des milieux biologiques très importants.

On les trouve sur les trois zones de marais (Harchies-Hensies-Pommeroeul). Les étangs accueillent de nombreux oiseaux d’eau, surtout lors de la migration et l’hivernage.

En hiver notamment, il n’est pas rare de compter plusieurs milliers d’oiseaux posés sur les étangs. Du canard colvert au plongeon arctique en passant par le canard pilet, le canard souchet, ce sont plusieurs dizaines d’espèces qui hivernent sur le site.

Les formations végétales, qui bordent les étangs comprennent de grandes roselières (roseaux, massette,…) , des prairies humides, qui assurent la diversité biologique des lieux. L’équipe scientifique s’est d’ailleurs spécialisée dans l’étude des roselières. Des travaux de fin d’études et une thèse de doctorat y ont été consacrés.

Les zones de remblais de schiste ne doivent pas être négligées. Plusieurs travaux scientifiques ont montré leur richesse biologique et ont permis de jeter les bases d’un plan de gestion.

Les relevés botaniques, les observations ornithologiques et entomologiques confirment que les marais d’Harchies-Hensies-Pommeroeul gérés par le Comité de gestion abritent une flore et une faune exceptionnelles.

Parmi les végétaux, notons la présence de deux fougères extrêmement rares en Belgique (2 ou 3 seulement), le dryoptéris à crête et la fougère des marais ainsi que plusieurs espèces d’orchidées. Pour ce qui est de l’avifaune, la Rousserole turdoïde, le Blongios nain, le Phragmite des roseaux, le Busard des roseaux sot encore présents à Harchies alors qu’ils disparaissent de la plupart des autres zones humides.



N
’oublions pas l’oiseau fétiche d’Harchies : la Gorgebleue. Cet oiseau peu abondant en Wallonie est surtout concentré dans la vallée de la Haine et certaines plaines de l’Escaut.

Après un scandaleux assèchement qui a entraîné la destruction stupide des milieux biologiques, le site a été acheté au début des années 70 par l’Etat belge à l’initiative d’Abel Dubois, alors Ministre de l’Education nationale. Le site a été confié à l’Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique en 1973. Ce n’est qu’en 1978 que le processus de création d’un Centre de recherches a débuté. Progressivement, un puis deux scientifiques, renforcés ensuite par une équipe technique ont pris en charge le site. C’est à ce moment que la restauration du bâtiment, situé au 10, rue du Préau à Harchies, a commencé.

Ces travaux ont duré trois ans, le Centre de Recherches biologiques d’Harchies est né. Toujours attaché administrativement à l’I.R.S.N.B., le Centre était chargé d’une triple mission : la recherche scientifique, la gestion du site, l’organisation d’activités pédagogiques. Depuis plusieurs années, le Centre organise entre 100 et 150 visites guidées par an.

Il n’est pas toujours facile de maintenir le bon équilibre entre l’accès aux visiteurs, la recherche scientifique et le nécessaire respect de la tranquillité du site. Il n’est pas aisé de faire comprendre à un public enthousiaste que le site est fragile, qu’il comprend des espèces menacées et qu’un " envahissement " des marais d’Harchies risque de le faire disparaître à moyen terme.

Le Centre a bien l’intention de faire un effort particulier pour jouer un rôle de toute première importance dans l’entité de Bernissart, notamment dans le contexte du parc naturel.

Depuis le 1er juillet 1996, le Musée d’Histoire naturelle de Mons et les marais d’Harchies ont été officiellement transférés à la Région wallonne.

 

L’équipe comprend 15 personnes dont 10 sont basées dans les locaux de la rue du Préau, y compris la direction et le secrétariat de la section qui n’a pas déménagé à Namur.

En effet des travaux d’aménagement du site et la réalisation de nouvelles expositions permettront d’accueillir un public plus nombreux. Rappelons dès à présent que plus de 150 visites guidées sont organisées chaque année, ainsi qu’une Journée Portes Ouvertes (en 1996, plus de 600 visiteurs).

Connexion